SÉSAME DE LA MAISON
SÉSAME DE LA MAISON

Les BIENFAITS du SILICIUM

Loin d’être un oligo-élément négligeable comme on l’a supposé pendant de nombreuses années, il apparaît actuellement clairement que le silicium constitue le premier bouclier de défense de l’organisme et trouve une place de tout premier plan dans la thérapeutique actuelle.

 

Propriétés thérapeutiques:

 

1. Douleurs, scléroses des systèmes osseux et musculaires

Lors d’une étude réalisée au Maroc, le Dr A. Charnot a étudié pendant de nombreuses années des patients âgés souffrant de désordres récalcitrants et douloureux du squelette et des muscles, de la maladie de Paget et de sciatiques opiniâtres d’origine indéterminée. Il découvrit qu’avec une supplémentation en silicium, les zones sclérosées avaient tendance à disparaître, tandis que les zones décalcifiées avaient tendance à se recalcifier. Sur une période de 3 à 6 mois, une amélioration importante de la mobilité articulaire et une diminution marquée de la douleur ont été constatés dans la majorité des cas . Cette situation a été fréquemment vérifiée lors des radios, et cette fonction de régularisation du calcium a été constatée par la plupart des chercheurs.

 

Le Silicium Organique apporte souplesse et mobilité aux muscles et tendons. Il permet un soulagement notable de la douleur. Par son action percutanée, il aide à renforcer certaines fonctions du fascia superficiel et permet par ailleurs une meilleure protection contre les agressions climatiques : l’humidité, le froid, la pluie, les variations barométriques.

Le Silicium, assurant l’augmentation du nombre total de globules rouges, permet indirectement un plus grand apport de l’oxygène dont les muscles en action sont grands consommateurs. Il permet donc de meilleures performances.

2. Fractures osseuses et croissance

Expérimenté sur des sujets atteints de fractures osseuses (Randoin), le silicium réduit le temps de guérison de moitié. Des résultats spectaculaires ont été obtenus en utilisant du silicium organique au cours d’expériences avec des fractures du fémur sur 2 groupes de jeunes rats. L’alimentation du groupe test comprenait une supplémentation en silicium organique d’origine végétale. Dix jours après la fracture, les radios ont révélé que la guérison des rats dont l’alimentation comprenait du silicium était bien avancée. Au 17ème jour, les radios ont confirmé une guérison complète. Dans le groupe de contrôle, au 17ème jour, il n’y avait toujours pas d’évidence de soudure de la fracture. Dans une autre expérience, (Carlisle) la cendre des os des rats âgés de 3 à 8 semaines dont l’alimentation avait été supplémentée avec 10 % de silicium, a fait apparaître une teneur en calcium supérieure de 20 % et en phosphore de 10 %, à celle constatée dans la cendre des os des rats ayant eu une alimentation normale. La décalcification est toujours précédée par une disparition du silicium.

Les disques intervertébraux ont un rôle d’amortisseur : ils sont constamment soumis à la compression.

On sait par ailleurs que les tissus cartilagineux contiennent jusqu’à 100 mg de Silicium par kilo de tissu frais ; la quantité corporelle de Silicium diminue chez l’homme en raison de sa très mauvaise assimilation par l’organisme. Or, nous avons besoin de Silicium pour régénérer nos cartilages. Celui-ci assure l’intégrité du tissu cartilagineux, le nourrit et stimule la formation du collagène. Le fibrocartilage est riche en faisceaux de fibres de collagène, le noyau de fibres d’élastine.

Le Silicium Organique, de par son importante biodisponibilité, permet ainsi d’agir efficacement sur la protection des disques vertébraux.

3. Ostéoporose

Différents travaux ont prouvé le rôle indéniable du Silicium dans le cadre de la synthèse des fibres collagène. Par ailleurs, nous savons qu’une concentration en Silicium est toujours présente au sein des sites à forte calcification : extrémités d’un os en croissance par exemple.

Son taux au sein de ces sites varie en fonction de la minéralisation et croît donc en même temps qu’elle. Lorsque la minéralisation d’un site se termine, le taux de Silicium est au plus bas. Le Silicium apparaît donc comme un élément nécessaire pour la croissance osseuse et sa déficience peut représenter un facteur limitant. Par exemple, un poussin carencé en Silicium présente des anomalies crâniennes associées à une baisse significative de la teneur osseuse en collagène, ainsi que des anomalies des os longs et du tissu conjonctif. Dans le cadre des maladies osseuses, l’apport de Silicium Organique donne d’excellents résultats, tant au niveau du processus douloureux que dans la reminéralisation de l’os. Silicium et Calcium fonctionnent donc étroitement ensemble et la calcification d’une fracture s’accélère très nettement avec l’apport de Silicium Organique.

Pour son rôle sur la minéralisation et la croissance osseuse, le Silicium Organique est un excellent apport nutritionnel dans l’ostéoporose. Des étude réalisées sur différents types d’ostéoporoses – séniles, orticosoniques, et post-ménopausiques – montrent de très bons résultats, surtout dans les cas post-ménopausiques où le contrôle biologique des tissus osseux révèlent un recalcification nette. Le vieillissement produit deux effets importants sur le squelette : une déminéralisation ainsi qu’une diminution du collagène.

La perte minérale commence chez la femme autour de 30 ans, s’accentue entre 40 et 45 ans, alors que les œstrogènes diminuent. Ce phénomène se poursuit avec l’âge. Chez l’homme, cette déminéralisation commence normalement vers 60 ans. La baisse de collagène induit une rigidité osseuse qui rend l’os sensible aux chocs.

Des mesures préventives peuvent être prises : les exercices physiques car l’effort mécanique renforce le tégument osseux mais aussi l’hygiène alimentaire permettant l’apport adéquat des minéraux tels que calcium, phosphore, m agnésium, manganèse, zinc, silicium, molybdène… et la supplémentation en vitamines.

L’exposition à la lumière ainsi qu’un apport exogène de Silicium, à partir d’un certain âge, pour induire la production de fibres de collagène et favoriser la calcification, est indispensable. Rappelons, enfin, que le tissu osseux est le principal réservoir de Calcium du corps et que son taux dans le sang est étroitement réglé, l’os jouant le rôle de tampon.

4. Les articulations

Les articulations ont besoin d’être souples pour permettre le mouvement et résister à la tension. Il arrive que celles-ci dégénèrent ou vieillissent prématurément, provoquant usure et irritation comme dans le cas de l’arthrose. Les articulations touchées sont alors surtout celles qui supportent la masse corporelle : colonne vertébrale, hanches, genoux, pieds et certaines articulations des mains. Les arthroses apparaissent en général autour de 40 à 50 ans et leur fréquence augmente avec l’âge si rien n’est fait. Elles sont plus fréquentes chez la femme.

L’arthrose se caractérise par une détérioration du cartilage articulaire, dont le rôle est un peu celui d’une éponge qui amortirait les chocs. Lorsque celui-ci disparaît, les os se touchent, et s’ensuit douleur et usure.

Le Pr Kervran a montré que : «... par des radios photos, les fractures se réparent beaucoup plus vite par des extraits de silice organique que par l'administration de calcaire. Le Silicium Organique est à même d’agir sur le processus douloureux et la régénération du cartilage. Son action rapide sur la douleur est la première perceptible. La régénération cartilagineuse vient ensuite. Plus notre capital Silicium est bas, plus les résultats sont spectaculaires concernant les douleurs : des rhumatismes du genou, du dos ou des doigts sont soulagés en quelques semaines, voire quelques jours. Ces résultats sont pour la plupart durables si l’on maintient le niveau de Silicium dans l’organisme : il s’agit de reconstruction. Concernant l’arthrite, la pathologie est inflammatoire ou infectieuse et elle touche les articulations. Ici également, le Silicium Organique agit sur le processus douloureux et inflammatoire et potentialise les médicaments systémiques délivrés aux patients.

Concernant la polyarthrite rhumatoïde (PAR), affection auto-immune où l’organisme attaque les cartilages et surfaces articulaires, entraînant des inflammations, douleurs et pertes de fonction de l’articulation, il est important de traiter l’affection le plus tôt possible pour éviter que du tissu fibreux ne remplace la membrane synoviale bloquant l’articulation. Cette membrane synoviale contient de l’élastine qui lui donne sa souplesse.

Le Silicium Organique agit sur la production d’élastine ainsi que sur le processus inflammatoire. La polyarthrite rhumatoïde atteint 1% de la population et trois personnes sur quatre sont des femmes.

5. L’athérosclérose et l’artériosclérose

Le Silicium fait partie intégrante des parois vasculaires : sa présence est indispensable à la synthèse des fibres d’élastine et de collagène. Il permet donc de conserver l’élasticité des vaisseaux sanguins. Cette propriété, ainsi que la contractilité, sont deux propriétés importantes dans le fonctionnement adéquat de la circulation du sang. La présence de Silicium est également nécessaire à la tonicité vasculaire.

Il existe un rapport entre le taux de Silicium dans le tissu aortique – l’aorte est très riche en fibres d’élastine et de collagène – et l’athérosclérose. L’athérosclérose est un athérome (dégénérescence de la tunique interne des artères) avec artériosclérose (durcissement des artères provoquant de l’hypertension). Les artères atteintes l’artériosclérose ont un taux de Silicium largement inférieur aux artères saines. Le Silicium permet de conserver l’intégrité des fibres élastiques vasculaires en diminuant la perméabilité de la paroi artérielle ; il augmente le cément intracellulaire et l’épaisseur des fibres élastiques, il maintient également un taux élevé d’hydrolase, enzyme pouvant transformer le cholestérol estérifié en cholestérol libre. L’infiltration de lipides au sein du système vasculaire est inversement proportionnelle au taux de Silicium.

De par sa biodisponibilité élevée, le Silicium Organique agit efficacement sur la tonicité vasculaire ainsi que sur une bonne fonctionnalité des vaisseaux.

En apportant souplesse aux vaisseaux, il agit indirectement sur la tension vasculaire. Une meilleure circulation engendre un réchauffement des téguments.

La plupart des troubles cardiaques sont liés à une insuffisance de la circulation coronarienne due à la présence de caillots sanguins ou de plaques graisseuses athéroscléreuses.

La présence de Silicium, constituant du tissu conjonctif, est le meilleur garant du maintien de l’intégrité des parois cardiaques.

Le silicium a des effets inhibiteurs sur les maladies coronariennes. Dans notre société, 50 % des gens au-dessus de 65 ans ont des problèmes cardiaques. Les maladies cardiaques sont encore, dans nos régions, la première cause de mortalité. Le silicium joue un rôle prépondérant dans l’état physiologique normal des artères. Sa teneur au niveau de l’aorte diminue rapidement avec l’âge : chez l’homme, il a déjà baissé dès l’âge de 10 ans, pour atteindre au-delà de 40 ans des chiffres beaucoup plus faibles. La diminution avec l’âge correspond d’ailleurs à l’apparition des lésions athéromateuses et, on peut dire que le silicium baisse très précocement dès les premières atteintes d’athérome. L’aorte comporte environ 30 à 40 % d’élastine. Le silicium a donc un rôle protecteur de l’artère en maintenant sa charpente élastique et en favorisant son imperméabilité aux substances nocives lipidiques du sang circulant, donc en empêchant leur dépôt. Le traitement au silicium peut être un traitement étiologique des maladies artérielles ou peut être un traitement préventif, particulièrement sur les sujets à risque, soit à cause de leur hérédité, d’un désordre métabolique, d’hypertension ou d’obésité, et de tabagisme.

Loepper et Golan ont étudié la relation entre le taux de silicium dans le tissu aortique et l'athérosclérose. Ils constatent que toute infiltration lipidique entraîne une diminution de silicium dans les parois artérielles. D'autre part, une étude menée portant sur 72 personnes âgées de 61 ans et plus, a montré que dans les artères atteintes d'athérosclérose, le taux de silicium est 14 fois inférieur à celui qui était identifié sur les artères indemnes. Un déficit en silicium organique augmente le risque de formation de l'athérosclérose, responsable de l'artérite des membres inférieurs et de maladies artérielles coronaires (angine de poitrine, infarctus du myocarde), de certains accidents vasculaires cérébraux.

Le Diffuseur d'Ozone BIOSPHÈRE, une exclusivité SÉSAME DE LA MAISON, bientôt disponible. PURIFICATEUR
DIFFUSEUR OZONE
SILICIUM ORGANIQUE
CARAFE ALKANATUR

MAGNÉTOTHÉRAPIE
LUNETTES À GRILLE